Rapsodi
Structure de mise en forme 2 colonnes

Un vaccin prophylactique est un but atteignable

Dans les zones endémiques, la plupart des personnes infectées ne développent pas de symptômes cliniques et les anciens épisodes de leishmaniose conduisent à une immunité permanente contre une ré-infection avec la même sous-espèce, une fois l’infection guérie. Cela a conduit à l’hypothèse que la découverte d’un vaccin était possible. Néanmoins, aucun vaccin n’est disponible à ce jour.

Parmi les différentes préparations d’antigènes de Leishmania étudiées jusqu’ici, un antigène excrété-secrété brut obtenu à partir du supernageant de culture de promastigotes de Leishmania infantum a donné des résultats très prometteurs sur chiens (les chiens et les hommes étant les principaux réservoirs). Il induit une protection durable basée sur une réponse Th1 contre des formes expérimentale et naturelle de leishmaniose viscérale canine. La protéine Promastigote Surface Antigen (PSA) a été identifiée comme le principe actif déclenchant l’immunité protectrice. Des travaux de recherche sont en cours pour définir les séquences peptidiques minimales issue de la PSA portant les propriétés immunodominantes. Comme la PSA est présente chez toutes les espèces de Leishmania, le vaccin résultant pourrait potentiellement protéger la population des formes de leishmanioses à la fois viscérale et externe, et ce, quelle que soit l’espèce de Leishmania en cause. RAPSODI cherche à transformer ces résultats en un candidat vaccin prêt pour les essais cliniques.

 -------->
Les protéines de type PSA

forment le principe actif

du candidat vaccinal